RSS
RSS



 
AccueilRechercherS'enregistrerConnexion

Annabeth Clark
Serdaigle
Annabeth Clark
Annabeth Clark
Statut relationnel : En couple
Serdaigle
Mar 12 Nov - 17:01




Annabeth se sentait légèrement mal au début de se chercher un emploi; elle ne voulait pas que Lancelot croit qu’il ne travaillait pas assez fort ou qu’il n’en faisait pas assez. Déjà qu’il laissait sa position au quidditch pour être remplaçant et qu’il faisait de nombreuses heures à la taverne. Non, le problème n’était pas l’argent, pas pour l’instant. C'est autre chose qui la tracassait, mais tant qu'elle ne lui en parlerait pas, elle n'en parlerait pas à sa mère non plus, ça ne se fait pas (même si elle parlait de pratiquement tout avec elle).

Elle avait donc donné d'autres excuses à sa mère pour aborder le sujet du travail. Un petit rabais sur des vêtements, peut-être, un petit salaire si elle a envie de penser à elle (ahahah, ça va tellement tout passer dans des vêtements de bébé) et surtout essayer de mettre des sous de côté pour penser aux imprévus et aux projets futurs. Après quelques mois à se revirer de bord et à apprivoiser son nouveau rôle de mère et d’étudiante, un petit emploi ne lui ferait pas de tors. Ça, c’est si quelqu’un accepte une employée avec pas beaucoup d’heures et encore aux études…

Mais sa mère étant une mère poule et une grand-maman gâteau, elle n'aimait pas beaucoup l'idée que sa fille s'épuise avec un travail et avait tout de suite proposer de lui donner des sous, ce qu'elle avait refuser.

Bref, elle avait entendu parler que la boutique Gaichiffon se cherchait peut-être quelqu’un. Au pire, peut-être auront-ils besoin uniquement avant Noël, dans la grande saison, elle accepterait tout de même. La brune y avait longuement réfléchi, avant de se décider à y aller un beau samedi matin.

Elle s’était levée légèrement inquiète, elle qui est habituellement calme et posée. Elle s’était efforcer à sourire toute la matinée, mais ses amies se sont bien rendues comptes que quelque chose n’allait pas. Ça faisait presque un an qu’elle ne s’était pas sentie angoissée comme ça. Presque plus qu’en devant annoncer sa grossesse à ses parents. C’était vraiment ridicule de s’en faire pour une si petite chose, mais c’était sa première démarche d’emploi, donc bon.

Elle s’habilla d’une robe noire aux genoux, des collants et des souliers noirs. Un léger pendentif doré, des boucles d’oreilles discrètes. Elle se maquilla sobrement, c’est une boutique de vêtements, pas de maquillage. Elle eut un sourire, bien contente de prendre un petit moment pour se faire jolie.

Annabeth se parla dans le miroir, se forçant à changer d’attitude. Ça irait bien! Et si ça ne va pas, c’est un apprentissage et ce sera partie remise, bon! Ça ne sert à rien de paniquer à l'avance.

Elle se présenta devant la boutique, un sourire plus franc au visage. Si elle n’était pas prise, c’était que ce n’était pas le moment, et c’est tout. Comme disait sa famille un peu plus religieuse, si dieu le veut…

Elle se dirigea vers le comptoir, devant une employée souriante. Elle semblait aimer son travail, c’est bon signe.

Bonjour! J’aimerais postuler pour un emploi, si jamais votre patronne est disponible.

Annabeth savait que c’était une patronne et non pas un patron; avec le journal, tout le monde a commencer à se poser des questions sur «mamie Gertrude», d’où le fait qu’elle sait qu’il y a une dame du nom de Gertrude qui tient la compagnie ici.
La femme lui demanda d’attendre, lui indiquant qu’elle était sur place aujourd’hui. Chouette!



☆☆☆

Une recherche d'emploi [Pv Gertrude] Botanique
Annabeth Clark
Revenir en haut Aller en bas
Gertrude Larivière
Propriétaire de la boutique Gaichiffon
Gertrude Larivière
Gertrude Larivière
Statut relationnel : Veuve
Patronus : Hippocampe
Loisirs : Tricotter et faire des vêtements
Propriétaire de la boutique Gaichiffon
Jeu 14 Nov - 18:14


Depuis que je suis propriétaire de Gaichiffon, j’ai passée de très bon moment avec mes nouveaux employés. En fait, je ne sais pas si je devrais les considérer comme mes employés, mais plus comme des membres de ma deuxième famille. Ils sont tous et toutes tellement sympathiques et motivés! Donc en cette magnifique journée, après avoir barrée la porte de ma demeure, je suis passé au marché pour acheter quelques pâtisseries bien fraîches que j’allais distribuer à mes collègues ce matin. Ils font tellement du bon travail, il faut bien les récompenser un peu. De plus, la veille, j’avais aussi décidé de faire des biscuits pains d’épices, parce que je savais que Gabriella adorait ces biscuits.

J’aime particulièrement arriver de bonne heure à la boutique pour faire l’ouverture et prendre le temps de bien placer mon matériel, passer un coup de balai peut-être coudre quelques morceaux de vêtement aussi. Tranquillement, les employés arrivaient et je me pressais de les saluer chaleureusement en leur servant une tasse de café s’il n’en avait pas déjà pris un ce matin.
La journée avait démarré du bon pied, encore une fois. C’était comme être dans un rêve éveillé. J’aimerais seulement que mes filles puissent voir tout le travail que je fais ici. Puis, une voix de jeune femme me fit sortir de ce rêve. La voix disait qu’elle voulait postuler et désirait parler à la patronne. Oh, doux jésus, une autre peut-être future employé? Je me suis dirigée vers l’avant de la boutique en remerciant l’employé qui avait accueillie la jeune femme puis lui tendit la main.

- Bien le bonjour, ma jolie! Je vous ai entendu être à la recherche d’un emploi et je vous tomber à pic! J’ai des postes de vendeuses que j’aimerais combler.

Je l’ai inspectée de la tête aux pieds, question de voir ses goûts vestimentaires. C’était relativement adorable et ça lui allait bien. Ça se voyait qu’elle voulait se montrer professionnel en choisissant cet accoutrement, mais si elle est pour travailler ici à temps plein, elle va devoir avoir un peu plus de couleur que son pendentif et ses beaux yeux, sinon ce n’est pas accueillants.

- Est-ce que vous avez votre curriculum avec vous? J’aimerais bien jeter un œil à vos expériences précédentes.

La jeune femme me semblait vraiment jeune et ce serait probablement son premier emploi. Venait-elle de terminer ses études à Poudlard? Voulait-elle vraiment choisir la mode comme carrière?
Gertrude Larivière
Revenir en haut Aller en bas
Annabeth Clark
Serdaigle
Annabeth Clark
Annabeth Clark
Statut relationnel : En couple
Serdaigle
Sam 16 Nov - 13:37




Une dame âgée mais fort bien mise s’approcha, dame qu’Annabeth déduisit être la propriétaire. Elle semblait avoir au-dessus de soixante-dix ans, mais avoir une bonne énergie positive envers ses employés. Et de l’énergie tout court, en fait, ce qui est assez étonnant passé un certain âge. Elle lui rappelait un peu sa grand-mère, sauf que sa grand-mère avait à peine soixante-cinq. Mais elle était arrière-grand-mère, ce qui la comblait de bonheur. D’ailleurs, elle lui avait promis de faire venir Calista pendant les vacances d’été.

Bref, ça commence bien, la patronne semblait dire qu’elle tombait à pic.

Super, je serais vraiment intéressée!

C’était spontané, mais tellement vrai. La jeune serdaigle ne se sentit pas trop mal à l’aise de son regard inquisiteur. C’est certain qu’elle faisait un peu sobre pour la boutique, par contre elle ne trouvait pas déplacer de choisir le noir pour passer une entrevue. C’est certain que sa garde-robe est un peu plus remplie niveau couleur…

Enfin, était. Elle ne suit plus la mode depuis deux ans ; avec une grossesse, elle a dû changer de garde-robe pendant neuf mois. Elle a vite repris sa taille d’avant, mais les vêtements qu’Annabeth achète depuis six mois sont pour le petit être qui ne fait que grandir. Les vêtements nouveau-nés lui ont fait à peine trois semaine. Sa mère gâte beaucoup sa petite fille, Annabeth se permet parfois un ou deux morceaux neufs pour elle parce qu’elle est trop belle, et elle n’oserait jamais demander d’argent à sa mère ou à Lancelot pour un morceau de vêtement alors qu’elle en a déjà.

Bref, ses vêtements sont encore beaux et propres, mais elle n’a rien de neuf, disons. Y’a d’ailleurs beaucoup de vêtements dans la boutique qu’elle se verrait bien porter. Une robe verte émeraude, entre autres.

Tiens, la dame avait terminé son inspection. Bien sûr, elle avait un curriculum, mais elle le trouvait bien vide. Elle n’avait pas travaillé. Elle n’avait pas non plus mentionné qu’elle était mère, ayant un peu peur que les gens se fassent des idées. C’est certain qu’il y a un jugement sur les mères jeunes, et surtout les pères qui quittent. La Clark aimait penser que son couple était différent, mais ça, impossible de le savoir quand on est à l’extérieur. Et puis, certaines de ses amies sont parties, donc imaginez quelqu’un qui lui fait passer une entrevue. Après tout, si elle avait des questions, elle lui répondrait honnêtement. Elle lui tendit donc, un sourire encore aux lèvres.

Oh je m’excuse, je n’ai pas pensé à me présenter. Je m’appelle Annabeth Clark. Comme vous pouvez le constater, je suis encore à Poudlard pour une dernière année, je ne pourrai donc pas travailler à temps plein.

Sans compter des moments pour retourner voir sa fille chérie. Elle avait plein de choses à ajouter, mais elle laissa tout de même la dame lire son curriculum, assez simple sommes toutes, lui laissant le temps de poser des questions.


☆☆☆

Une recherche d'emploi [Pv Gertrude] Botanique
Annabeth Clark
Revenir en haut Aller en bas
Gertrude Larivière
Propriétaire de la boutique Gaichiffon
Gertrude Larivière
Gertrude Larivière
Statut relationnel : Veuve
Patronus : Hippocampe
Loisirs : Tricotter et faire des vêtements
Propriétaire de la boutique Gaichiffon
Dim 17 Nov - 15:36


- Eh bien, mademoiselle Clark, je suis enchantée de vous rencontrer. Je suis Gertrude Larivière, la propriétaire de cet établissement. Si vous voulez bien me suivre dans mon bureau, nous allons discuter un peu toutes les deux.

Ainsi donc, la demoiselle se trouvait à être une élève à Poudlard, voilà pourquoi elle désirait travailler à temps partiel. Pour sa dernière année, ça lui fera un peu d’expérience pour vraiment choisir sa voie à la fin de ses études. Ça fait du bien de voir des jeunes avec autant d’ambitions. Ça me rappel un peu ma plus jeune qui voulait commencer à travailler comme ses sœurs alors qu’elle n’avait que 16 ans. Elle a bien vite appris qu’elle n’avait pas à forcer les choses et qu’elle avait encore du temps pour profiter de son adolescence.

Une fois dans le bureau, une salle pas trop petite et décorée de cadres avec des photos de ma famille, de mon défunt mari, mais aussi de souvenirs récents avec mes nouveaux employés que j’adore, j’ai proposé des biscuits fait maison à Annabeth pendant que j’examinais son curriculum. Effectivement, il n’y avait pas grand-chose d’inscrit dessus, mais l’essentiel s’y trouvait. Un sourire aux lèvres, j’inscrivit avec ma plume les informations qu’elle m’avait données. Temps partiel, encore à Poudlard pour une dernière année et à en juger par son enthousiasme, motivée par l’emploi.  Question de la faire patienter un peu et voir comme elle réagissait, je me suis levée, sans dire un mot et sans la regarder, pris le temps de nettoyer un peu mes lunettes et me dirigea vers ma bouilloire où j’ai commencé à faire bouillir mon eau.

- Vous préférez du Jasmin, Earl Grey, thé vert, thé noir, une camomille?

Rien de tel qu’une bonne tasse de thé pour entamer une bonne discussion et en connaître plus sur la jeune étudiante. En plus, ce thé provient directement d'un magasin de thé qui est devenu mon préféré. Madame Lancaster, qui s'en occupe, est tellement sympathique et passionnée, je passerais des heurs dans sa boutique!

- Bien, vous savez, ici chez Gaichiffons, on essai de se surpasser chaque jour dans notre service à la clientèle. Si le client est heureux, alors il va revenir. C’est pourquoi mon équipe et moi-même s’efforçons de leur donner le meilleur service possible, avec le sourire et de répondre le plus possible à leurs exigences. Si je devais vous engager, qu’auriez-vous à apporter à la boutique et à mon équipe?

C’était important de savoir si elle était capable de se vendre comme employé. Si elle était pour occuper un poste de vendeuse, même à temps partiel, elle devait être en mesure de décrire ses forces et ses qualités. Mon but n’était pas de mettre de la pression sur elle, au contraire. Je voulais la mettre à l’aise et en confiance. C’est pourquoi je lui ai proposé un breuvage et parler des valeurs de la boutique. Si elle ne connaissais pas trop Gaichiffons, au moins maintenant, elle connaissait la valeur qui avait de l’importance à nos yeux.

Gertrude Larivière
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en hautPage 1 sur 1
Sujets similaires
-
» [UPTOBOX] Cellule 211 [DVDRiP]
» [UPTOBOX] Drive [DVDRiP]
» [UPTOBOX] Mother's Day [DVDRiP]
» [UPTOBOX] Un Heureux événement [DVDRiP]
» [UPTOBOX] The Veteran [DVDRiP]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pou du Lard :: Le monde magique :: Pré-au-Lard :: Gaichiffon, prêt-à-porter pour mages et sorciers-
Sauter vers: